Les Blérots de R.A.V.E.L

Interview des Blérots de R.A.V.E.L

Est-ce que vous êtes touché par la démarche « écocitoyenne » de l’association des Fous Cavés ?

    Ne la connaît pas ne se renseigne  pas forcément sur chaque festival, ne sais pas comment l’asso s’est créée…

D’où vient le nom de votre groupe ?

    Jeu de mot un petit peu vieillot qui date de quand on avait 20 ans, les blérot des ravel c’est un jeu de mot avec le Boléro de Ravel à l’époque blaireau c’était un mot qu’on utilisait assez souvent pour parler de quelqu’un qui est maladroit. C’était intéressant puisque dans le groupe on avait que des instruments classiques : un violoncelle, pas de guitare électrique à l’époque, il y avait très peu de cuivres donc c’était un petit peu pour évoquer tout ça, le fait q’on faisait de la musique moderne avec des instruments qui sont en théorie « classique ».

Comment définiriez vous votre musique ?

    La musique que l’on fait a beaucoup évolué car ça fait 15 ans que l’ont joue, le seul point commun qu’il y est c’est la chanson française bien que sur le dernier album il y ait une chanson en anglais et en japonais. La seule chose que nous essayons de conserver c’est lorsque nous montons sur scène, on ne vient pas uniquement faire de la musique c’est un spectacle qui est mis en scène, c’est-à-dire que ce n’est pas du théâtre ça reste un concert on fait du spectacle car ce que nous faisons c’est du spectacle vivant après la musique elle évolue parce que dans le groupe on n’écoute pas tous la même chose. Il y en a qui écoute énormément de reggae, d’autre du jazz ou encore du rock et comme on compose tous ensemble la musique on mélange tout ça histoire que tout le monde soit un petit peu impliqué. On a commencé par faire de la musique de l’Est maintenant on a des morceqaux qui sont funk et rock.

Depuis combien de temps le groupe existe ?

    Le projet existe depuis 1996, on fête nos 15 ans cette année. Mais à la naissance c’était juste un groupe qui tournait pendant les vacances car on était étudiant, après on commencé à avoir un boulot, et au final on s’est pris au jeu de la scène et on s’est dit que la musique c’était peut être un mode de vie qui nous correspondait et du coup ça fait 9 ans qu’on vit du projet, mais le projet à la base le projet amateur existe depuis 15 ans

Combien de concerts faites vous chaque année ?

    C’est variable, c’est en fonction des organisateurs qui nous appellent pour commander le spectacle, ça varie entre 30 et 90 concerts par an.

Combien de concerts avez-vous fait depuis que vous existez ?

    On a du faire entre  700 et 800 concerts !

Pourquoi avez-vous acceptez de venir au Fous Cavés ?

    (rire) En fait, nous on vit avec le projet des Blerots de Ravel, notre métier c’est d’être musicien et on accepte de venir parce que c’est une commande, c’est notre métier de venir dans les festivals et dans les salles de concerts.

Combien avez-vous sorti d’album ?

    6, en comptant le live. On va en faire un nouveau prochainement.

Combien d’album avez-vous vendus ?

    Le deuxième album qui s’est le plus vendu, on en a vendu aux alentours de 15000. Ce n’est pas beaucoup comparer à certains artistes, on passe très rarement à la radio et jamais à la TV. Nous sommes un groupes auto produit, il n’y a pas une boîte de production qui s’occupe de nous, c’est nous qui payons tous les frais liés au spectacle et l’enregistrement de nos albums. Donc pour un groupe qui n’est pas médiatisé, sur l’ensemble des albums on doit être aux alentours des 30000 35000 albums vendus. C’est pas mal pour nous !

Qu’aimez-vous le plus dans votre métier ?

    C’est pouvoir vivre en faisant de la musique qui est au départ notre passion. L’avantage dans ce métier là c’est aussi le fait de rencontrer plein de gens, les années où on a beaucoup de concerts. C’est le fait de pouvoir voyager. Après c’est aussi une certaine liberté, on a pas forcément les mêmes horaires que tout le monde,  nous on travaille principalement le week end en semaine on fait des répétitions pour préparer le spectacle. Avant de devenir professionnel j’avais des horaires de bureaux et c’étaient des horaires qui ne me convenait pas vraiment. On a pas d’horaires régulier donc je trouve ça intéressant !

Qu’est ce que vous aimez le moins ?

    Les heures de camion sur la route, c’est comme dans tous les métiers il y a forcément quelques points négatifs. Quand on enchaîne plusieurs dates, le camion que l’on a n’est pas confortable et faire 1000 km dans la journée avec est très usant et fatiguant. C’est ce qu’il y a de plus pénible mais ce n’est pas bien grave !!

Est-ce qu’il y a dans votre famille qui fait le même métier que vous ?

    J’ai un oncle qui fait de la musique mais il n’en vit pas il a un métier à côté il fait sa pour le plaisir ! On est pas devenu musicien par affiliation on a tous des parents qui font des boulots différents. On est devenu musicien un peu par hasard ce n’était pas un plan de carrière c’était un coup de chance que le public nous ait suivi !

A quel âge avez-vous commencez à jouer de la musique ?

    A l’âge de 6 ans j’ai commencé les cours de piano, mais c’est un instrument qui n’est pas pratique pour emmener avec soi en vacances par exemple et du coup j’ai arrêté la musique à 14 ans et à 16 ans j’ai trouvé une guitare qui traînait et j’ai commencé à prendre quelques cours.

Votre famille vous a-t-elle soutenue ?

    Tout à fait oui !! Ca c’est une chance car ce n’est pas évident, mes parents ont toujours étaient là, ils m’on fait confiance. Au départ je voulais être prof d’anglais…

Que voulez-vous exprimez à travers votre musique ?

    Notre but c’est vraiment de na pas faire la morale, on ne supporte pas ça !! Quand on est spectateur et qu’on va voir un groupe de musique. Quand un groupe essaye de faire passer des grands messages de morale en disant il ne faut pas faire ça on trouve ça pénible car au final on n’est pas mieux que les autres, on fait les mêmes conneries que tout le monde et nous le but avéré de notre groupe c’est vraiment du divertissement, c’est que les gens puissent oublier pendant le temps d’un concert, leur souci ou si ils ont envie de faire la fête qu’ils puissent le faire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s